Trois femmes entrepreneures françaises, Carole Gaillard, Lauranie Nonotte et Sylvie Combe, s’engagent pour promouvoir un programme d’entrepreneuriat développé par Aide et Action pour les filles et les femmes des minorités ethniques du Laos. « Nous sommes fières de faire partie du comité de campagne Education for Women Now et de soutenir ce projet des femmes entrepreneurs au Laos », témoignent-elles pour Aide et Action. 

« Nous sommes trois femmes avec des expériences d’entrepreneures en France dans les secteurs de l’événementiel, du vin et du conseil. Le Laos est loin, nos cultures sont différentes, et pourtant, nous nous sentons proches de ces femmes qui ont choisi un jour de changer le parcours qui leur était tracé. Pour ces femmes marginalisées dans leurs pays, peu éduquées (63% des filles seulement vont dans l’enseignement secondaire au Laos), la barre est haute et mérite tout notre soutien et notre admiration », témoignent Carole Gaillard, Lauranie Nonotte et Sylvie Combe. Ces trois femmes entrepreneures françaises ont souhaité intégrer le comité de campagne « Education for Women Now » et soutenir le programme des « femmes entrepreneurs au Laos »,  développé par Aide et Action et soutenu par le fonds L’Oréal pour les Femmes. Celui-ci vise à accompagner près d’un millier de femmes issues des minorités ethniques du Laos sur le chemin de l’entreprenariat. Pour ces femmes vulnérables, l’entreprenariat est non seulement le moyen de développer leurs ressources, mais c’est aussi et surtout une opportunité d’acquérir un statut social au sein de communautés où le rôle de la femme est encore limité aux tâches ménagères et à l’éducation des enfants. 

Un accompagnement concret et des résultats 

Pour Carole Gaillard, Lauranie Nonotte et Sylvie Combe, « Aide et Action procède par étape pour donner toutes les chances de réussite à ces femmes et s’appuie sur son module d’accompagnement Enterprise Development Model qui a bénéficié à 240 000 personnes dont 100 000 femmes dans le monde. La digitalisation des outils de formation permet d’apporter une grande qualité de formation à des couts maîtrisés. 

L’association commence par identifier les filles qui souhaitent améliorer leurs revenus. C’est une première étape importante car avoir un travail productif qui rapport de l’argent n’est pas commun pour les femmes de ces minorités : il s’agit pour elles d’un véritable changement de statut social, d’autant plus fort si elles parviennent à gagner plus d’argent que leur mari, et elles doivent en conséquence pouvoir assumer le regard nouveau porté sur elles par leur famille et leur mari. En parallèle, Aide et Action et ses partenaires mènent une étude de marché pour identifier les besoins du marché local et y répondre au mieux. Ainsi dans un des villages du Laos où il n’y avait pas de garage, une des femmes accompagnées par Aide et Action dans le cadre de ce projet est devenu garagiste, une autre a ouvert une station d’essence.

Une formation pratique et rapide

Une fois les participantes sélectionnées, la formation commence, pratique et rapide, pour comprendre les bases de la création d’entreprise. Les formations portent à la fois sur les Hard skills comme la comptabilité et sur les soft skills, comme prendre la parole en public par exemple.

Les formateurs aident à préparer le plan de développement de l’entreprise en fonction des capacités et des ambitions de leurs élèves. Les risques sont évalués (par exemple mettre une hypothèque sur son terrain), tout comme les opportunités. Tout est fait pour donner le maximum de chances à la réussite du projet. 

Enfin, Aide et Action donne une subvention de 200 à 500 $ (le revenu mensuel moyen au Laos est de 214 $) et aide la nouvelle entrepreneure à ouvrir un compte et à accéder aux financements bancaires. 

L’accompagnement continue après la création de l’entreprise : les femmes continuent de recevoir dans le cadre d’un coaching le soutien et la formation dont elles ont besoin. Les femmes qui ont ainsi été formées deviennent ensuite mentors pour les nouvelles recrues.

La moitié des filles et des femmes engagées dans cette formation parviennent à créer leur  propre entreprise, ce qui est un taux de réussite élevé. Les autres participantes deviennent le plus souvent salariées de leurs consœurs et améliorent ainsi leurs revenus. 

 Un réseau de femmes inspirantes 

Ces femmes, qui ont eu le courage de changer leur vie, sont des sources d’inspiration pour les jeunes filles afin qu’elles poursuivent leurs études et deviennent à leur tour des citoyennes éclairées et actives. Une année de scolarité de plus peut augmenter les revenus d’une femme de 10 à 20 % (World Bank, Returns to Investment in Education, 2002). Le projet mené par Aide et Action auprès des femmes du Laos initie donc une boucle vertueuse qui permettra de créer des réseaux locaux de femmes et d’accompagner ces minorités afin qu’elles échappent à l’extrême pauvreté.

Carole Gaillard – Lauranie Nonotte – Sylvie Combe

—–

#EducationForWomenNow

#WomenEmpowerment

#EducationMatters